3 en 3 ans

photo article 1 version finaleMaman d’une petite fille de 3 ans et d’un petit garçon de 20 mois, je suis actuellement enceinte de mon 3ème enfant prévu fin aout (mon dieu mais ça approche dis donc !). Là chère âme tombée par hasard sur ce merveilleux blog, vous commencez à faire le calcul dans votre tête et vous vous dîtes «  attendez mais cela fait 3 enfants en 3 ans «  Déjà je vous félicite vous savez compter J . Au delà de ce calcul purement mathématique, les premières interrogations se bousculent dans votre tête «  mais la contraception ils connaissent ? « « Ils sont inconscients ou quoi ? » « Ils veulent fonder une équipe de basket ou pire de foot ? » « Maintenant qu’ils ont trouvé le mode d’emploi, on ne les arrête plus. » Je vous rassure cher lecteur, ces remarques je ne les ai déjà entendues de façon plus ou moins déguisée de la part de proches ou de parfaits inconnus.

Bon pour être tout à fait honnête, si quelqu’un m’avait prédit, il y a encore juste 5 ans que j’aurais 3 enfants en 3 ans je l’aurais certainement traité de fou. Cela ne semblait pas être vraiment ma destinée. A 35 ans, célibataire, je ne me faisais plus trop d’illusions sur mon avenir sentimental ( oui c’est triste mais cela correspondait à mon état d’esprit de l’époque). Je ne parle même pas de mon désir de maternité que je préférais garder pour moi. Les mentalités et les discours ambiants émanant du corps médical ne me poussaient évidemment pas à un optimisme de fou car c’est bien connu à partir de 35 ans tic tac l’horloge biologique s’affole et les chances de tomber enceinte naturellement se réduisent à néant. Le temps que je tombe sur le mec génial dont je serai amoureuse ( condition indispensable) et le potentiel père de mes enfants ( euh oui malgré ma situation « désespérée » je ne voulais pas « faire ça » avec n’importe qui) bref il serait trop tard.

Et puis je ne sais par quel miracle, ( bon ok grâce à un site de rencontre ) j’ai rencontré l’Amoureux et à partir de là tout s’est fait naturellement. J’ai vite envisagé un avenir commun avec lui. Bien sûr le désir de maternité est remonté à la surface, cela me semblait une suite logique à notre histoire, moi qui désirais depuis des années devenir mère. Au début de notre relation je voulais d’abord profiter de notre vie de couple, et construire les fondations solides d’une relation durable. J’ai aussi respecté les envies de mon amoureux. Nous abordions pas trop le sujet « bébé », il n’était pas opposé à fonder une famille mais je sentais qu’il avait besoin de plus de temps pour s’imaginer père et se lancer dans ce projet. Bon je résume un peu mais entre notre rencontre et l’arrivée de notre premier enfant plus de 3 ans se sont écoulés. La naissance d’Alice fut une évidence, bien sûr cela a chamboulé nos vies mais pas tant ça tant nous étions prêts à accueillir cet enfant. Très vite j’ai voulu d’un deuxième enfant, moi même ayant grandi dans une famille de 3 enfants, je n’avais pas envie que ma fille soit enfant unique. Approchant « dangereusement » de la quarantaine, je savais que nous n’aurions pas devant nous beaucoup de temps pour agrandir la famille. Ce désir pouvait même ne pas se réaliser tout court. Finalement je suis retombée enceinte avant même de recommencer les essais bébé, ma fille étant seulement âgée de 6 mois à ce moment là. Quand j’ai découvert le résultat positif du test de grossesse que j’avais fait par acquis de conscience pour me rassurer, étant persuadée qu’il serait négatif je suis tombée de l’armoire. Mes sentiments étaient contradictoires et j’avoue que j’ai mis quelques temps à digérer la nouvelle. J’’étais très surprise de tomber enceinte si facilement. Moi si réfléchie, toujours si raisonnable, qui aime tout contrôler je ne comprenais pas trop comment le destin avait pu me jouer ce tour de coquin. Comment avais-je pu être aussi « légère », « irresponsable « ? J’avais aussi un peu peur d’être jugée par l’entourage, les gens étant si prompts à juger. Bref à 40 ans j’ai même eu « peur » de l’annoncer à ma maman et à me faire « gronder » comme une gamine. Mon compagnon bien que très surpris a sauté de joie à la nouvelle. Au fil des semaines j’ai accepté ce cadeau de la vie avec gratitude. Cette grossesse « surprise » m’arrivait à 40 ans alors que j’étais dans un couple solide. De plus nous ne connaissions pas de galères financières. Finalement notre désir s’était juste réalisé quelques mois en avance, je préférais cela à un long parcours du combattant pour arriver à tomber enceinte. Quand j’ai appris que nous attendions un petit garçon, ma joie était à son comble. Bien sûr ce n’était pas une fin en soi mais l’idée « d’avoir le choix du roi » me réjouissait ! Enfin un garçon ( le premier depuis 35 ans !) dans cette famille de filles. La grossesse s’est très bien passée quoique un peu sportive : pas facile d’être enceinte tout en gérant un bébé. Notre fils chéri est arrivé lors d’une nuit froide de novembre 2015. Je crois que jusqu’à ce qu’il sorte de mon corps, je n’ai pas réalisé que j’étais mère de 2 enfants. Pourtant ce fut le coup de foudre immédiat, il était tellement beau, tellement parfait. Je me rappelle de ses premières semaines avec tendresse, tant c’était un bébé facile. Dès son arrivée, c’était comme s’il avait toujours fait partie de la famille. Notre vie à 4 s’est fait naturellement. Bien sûr tout ne fut pas facile. La difficulté résidait dans le fait de gérer 2 bébés à des stades différents et je ne cache pas qu’il y a eu et il y a encore des moments sportifs. Pourtant malgré les difficultés l’envie d’un petit troisième ne m’a pas vraiment lâché. Même si je me sentais comblée par mes deux enfants et très reconnaissante de ma chance d’avoir été maman deux fois, J’avais du mal à accepter que Timothée soit notre dernier bébé. J’avais bien du mal à tourner définitivement la dernière page du chapitre de la grossesse. Mais cette fois-ci je voulais me laisser plus de temps pour vivre pleinement une nouvelle grossesse, tellement je n’avais pu eu l’impression d’en profiter pour mon deuxième enfant. De plus des revendications d’autre nature commençaient à remonter à la surface. Après des mois non stop consacrés exclusivement aux enfants, j’avais envie de penser à moi, mon couple, à mes envies professionnelles. Bref tout cela ne semblait pas forcément compatible avec un troisième enfant. Au bout de plusieurs mois d’hésitations et surtout une grosse remise à plat avec l’Amoureux finalement nous nous sommes laissés guider par notre envie. Oui soyons honnête le choix du petit troisième est purement « égoïste », celui du cœur et non de la raison. Si tu commences à réfléchir trop longtemps, examiner les faits objectivement, prendre en considération les arguments les plus futiles ( « mon dieu mon corps va être déformé avec cette 3ème grossesse, comment vais- je perdre mes kilos post grossesse ?!? »)  jusqu’aux considérations les plus philosophiques (« élever 3 enfants dans ce monde en furie c’est de la pure folie, en plus cela coûte cher, comment allons-nous leur payer des études décentes, surtout que quand ils auront 20 ans, nous en aurons 60, bref la retraite ce n’est pas avant 80 ans et après hop direct dans la tombe ») et bien tu ne lances pas dans ce projet un peu fou d’agrandir la famille. Après la question était de savoir si cela allait se concrétiser, nous ne voulions nous mettre aucune pression, à 41 ans je n’avais pas envie de m’engager dans un parcours d’aide à la procréation.. Et finalement encore cette fois je suis tombée naturellement enceinte très vite.

Et me voilà aujourd’hui enceinte de 35 semaines (le temps passe à une allure folle…. ) Cette grossesse me comble évidemment. Cela ne m’empêche pas de ressentir une certaine appréhension sur le fait que je sois capable de gérer trois enfants aussi rapprochés tout en menant à bien mes projets personnels et professionnels. La fatigue est bien présente par moment. Les commentaires pas toujours positifs à l’annonce de cette grossesse n’ont pas aidé non plus (mais ça, ce sera l’objet d ‘un autre article).

Certes, dans une vie idéale j’aurais aimé avoir mes enfants plus jeune, me laisser plus de temps entre mes grossesses ; peut être laisser quelques années entre le 2ème et le 3ème enfant mais la vraie vie se passe rarement comme on se l’imagine. J’ai la chance d’être épaulée par un compagnon formidable très investi dans son rôle de père. J’essaie de me persuader que d’une façon ou d’une autre nous gérerons. J’ai surtout envie de retenir qu’au delà des futures difficultés que nous ne manquerons pas de rencontrer, bientôt nous aurons une triple dose d’amour à donner et recevoir. Le cœur a ses raisons mais tout ce que je peux dire d’après notre expérience c’est qu’il s’agrandit à chaque enfant qui naît. Comme pour les deux premiers, j’ai tellement hâte de serrer mon nouveau petit bonheur dans mes bras, de l’accueillir au sein de notre famille et le voir grandir (pas trop vite tout de même !) à côté de sa sœur et de son frère. Je me sens surtout chanceuse et reconnaissante. Alors pour ce 3 en 3 ans j’ai surtout envie de dire « merci la vie ».

4 réflexions sur « 3 en 3 ans »

  1. Coucou Fabienne c’est Alexia ! Felicitations pour l’illustration qui est adorable et pour ce premier article. Il me parle beaucoup , je m’y retrouve et j’espere bien avoir le meme parcours familial 🙂 J’ai 33 ans, pas encore rencontre le compagnon avec qui je veux fonder quelque chose mais j’en ai tres envie, rien de plus beau qu’une famille ! Votre photo est magnifique d’ailleurs. Chapeau pour votre joli parcours, j’adore vos decisions, il faut toujours ecouter son coeur 🙂
    Bon demenagement et bon courage pour ce dernier mois de grossesse 🙂

    J'aime

    1. Bonsoir Alexia,
      merci beaucoup pour ce commentaire, je viens de le découvrir. C’est le 1er et il fait très chaud au cœur. J’espère pouvoir alimenter le blog très rapidement avec des prochains articles et illustrations. L’actualité est un peu chargée en ce moment et le défi va être de trouver un rythme de croisière dans les prochains mois mais en tout cas votre commentaire donne envie de continuer. Je vous souhaite de trouver ce que vous cherchez, vous avez toute la vie devant vous, souvent cela arrive quand on s’y attend plus tout en étant ouvert et disponible pour ça. Le principal est d’être heureux (se) au final.

      J'aime

  2. Bonjour,
    Quoiqu’on en dise vous avez les mots pour le raconter simplement et votre histoire est très touchante. Pour tout vous dire je ne me suis pas sentie spécialement concernée par le sujet, mais vous avez réussi à me capter jusqu’à la fin. Vous exprimez l’humanité, les doutes, les failles, les choix que chacun fait. Et vous en faites quelque chose de très beau.
    Merci pour ce commentaire très positif ! Je suis maman mais j’espère m’adresser à tout le monde e

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s