Ce 22 août

J’ai écrit ces quelques lignes le 23 août, soit le lendemain de la date indiquée en titre d’où le caractère spontané de l’écriture. Bien sûr j’ai par la suite  structuré cet article mais je n’ai pas voulu trop le retoucher car il transmet mes émotions sans filtre.  L’illustration qui l’accompagne  s’est très vite installée dans ma tête  mais bien sûr la réaliser a demandé du temps.

J’ai hésité à publier cet article car même si ce blog est très confidentiel, il est bien évident que tout ce qu’on met sur internet devient public. Après ce blog est en quelque sorte ma petite bulle à moi et  je n’ai pas envie de m’auto-censurer . Si quelqu’un lit cet article, j’espère qu’il éprouvera de la bienveillance et peut être y trouvera un peu d’espoir s’il a vécu ou vit en ce moment ce genre d’épreuves.

« En ce matin du 22 août, je me suis levée très tôt, excitée et anxieuse à la fois. Je me suis habillée rapidement et pendant que toute la maisonnée dormait encore, je suis allée à la boulangerie acheter des viennoiseries pour le petit déjeuner. J’en ai profité pour acheter également les gâteaux pour le déjeuner. Évidemment au chocolat pour toi. Au moins nous fêterions dignement ton anniversaire me suis-je dit. J’irais t ‘acheter quelques petites surprises plus tard dans la matinée histoire de marquer le coup, n’ayant pas trouvé le temps d’acheter de cadeaux au préalable. Nous passerions un bon moment en famille, nous 4 et mamie. Surtout essayer d’oublier que ce 22 août était également le terme prévu pour l’accouchement de notre 3ème enfant. Essayer de maitriser le stress qui commençait à me gagner. Ce petit brigand n’avait vraiment pas l’air pressé de pointer le bout de son nez. Après une visite de contrôle à la maternité la veille pour s’assurer qu’il allait bien, nous avions décidé de laisser faire les choses encore quelques jours. Le décollement des membranes censé donné un petit coup de pouce à la nature ne semblait pas avoir été très efficace. En tout cas il n’avait pas provoqué le début du travail. « C’est un signe, me persuadais-je, ce bébé ne veut pas naître le même jour que son père. Certaines personnes de la famille avaient déjà déclaré « oh ce serait super si le bébé naissait le même jour que son père. Ce serait le plus beau cadeau d’anniversaire que tu pourrais lui offrir ». Merci les gars, bonjour la pression… Oui mais voilà de toute façon ce n’était pas moi qui décidais… Et puis moi les dates symboles cela me fait peur d’abord. Généralement cela ne se passe jamais comme prévu. Célébrer un seul anniversaire était bien suffisant.

Je suis rentrée à la maison, en quelque sort apaisée par mon monologue intérieur. J’ai dressé une jolie table pour ce petit déjeuner de fête. Toute la famille a fini par se lever et s’est attablée. Pour une fois on se serait presque cru dans la pub « Ricorée ». En fin de matinée nous sommes tous ressortis en ville. J’en ai profité pour acheter tes cadeaux et quelques mets chez le traiteur pour un déjeuner de fête. C’était le vrai premier jour chaud et ensoleillé depuis des semaines. Temps parfait pour un café en terrasse. Je ressentais une sorte de barre au niveau du ventre mais je ne voulais y voir aucun signe que le travail avait commencé. Je n’avais aucune contraction et j ‘étais capable de marcher. Il est normal de ressentir quelques douleurs à 41 semaines de grossesse. Retour à la maison : préparation du déjeuner, dégustation du repas de fête et moments de tendresse avec les enfants trop fiers de souffler tes bougies et d’ouvrir tes cadeaux. Instantanés d’une vie de famille à 4.

Après le déjeuner la barre dans le ventre est devenue plus douloureuse, des douleurs dans le bas des reins ont commencé à apparaître. Je t’ai parlé très calmement, en te disant de finir tranquillement ton café, mais « que si tu pouvais après réunir les affaires pour aller à la maternité, ce serait gentil », mais « bon il y a le temps hein, pas de stress ».

Évidemment, à peine assise dans la voiture, tout s’est brusquement accéléré. Pendant le trajet les contractions se sont intensifiées. Après tout ce bébé allait peut être avoir encore le temps de naître ce 22 août. Bon je ne pensais pas vraiment à ça, j’essayais de gérer les contractions qui arrivaient maintenant toutes les 2 minutes, supportables mais douloureuses tout de même. Arrivés à la maternité, nous avons filé aux services des urgences obstétriques et gynécologiques (enfin pour ma part je me suis traînée pour être exacte), l’endroit même où j’avais passé mon contrôle hier. D’ailleurs la sage femme qui m’avait examiné la veille, m’a immédiatement reconnue « Tiens bonjour vous voilà, vous avez contracté toute la nuit ? Bon ne bougez pas, je reviens dans 5 minutes vous examiner et voir où vous en êtes ». Elle croyait quoi, que j’allais courir un marathon en son absence? J’étais tout juste capable de faire les 100 pas dans le couloir et m’asseyais sur un brancard quand une contraction arrivait. Finalement la sage femme est revenue, m’a examinée et la confirmation est tombée « ok ma belle, le travail a bien commencé. Vous êtes dilatée de 4 cm. Allez hop vous filez en salle de naissance, je vais voir s’ils ont la place de vous recevoir » (« euh oui ce serait gentil, pas envie d’accoucher sur ce brancard au milieu du couloir »)

30 minutes plus tard, installée dans une salle de naissance, nouvel examen d’une autre sage femme « OK vous êtes dilatée de 7 cm. Bon ce bébé, après s’être fait attendre, est pressé finalement. » « Bon là si vous pouviez me sauver, j’ai maaaaaalllll «

La gentille équipe d’anesthésiste a fini par arriver pour me poser la péridurale ( « merci mon Dieu »), tout en comparant la gestion des accouchements et l’administration des traitements antidouleurs en Angleterre et en France. Oui c’est fou que quand vous dîtes que vous avec accouché à l’étranger, vous êtes soudainement considérée comme une curiosité médicale.

Puis le temps a ralenti comme suspendu. Les douleurs ont disparu presque entièrement. Une heure est passée puis deux puis trois au rythme du monitoring qui contrôlait les battements cardiaques du bébé. Visite d’une sage femme toutes les heures pour constater l’avancée du travail. L’équipe de nuit a succédé à l’équipe de jour. L’Amoureux me massait régulièrement les jambes pour combattre ces méchantes fourmis qui avaient envahi le côté gauche puis le côté droit de mon corps. Puis miracle à 20h19, notre bébé a poussé son 1er cri. En une poussée il était dehors, une arrivée dans ce monde tout en douceur. Des larmes de soulagement et de bonheur ont coulé. Enfin je te tenais dans mes bras mon bébé d’amour, tout contre mon cœur. Des rires de surprise ont retenti quand nous avons découvert que tu étais une fille, alors que tout le monde avait prédit un garçon. Moments complices à t’admirer, à commencer à jouer au jeu des ressemblances avec ton frère et ta sœur. Comme il était magique cet anniversaire du 22 août 2017.

Et pourtant comme je l’avais craint… Comme il faisait écho à une autre anniversaire, déjà lointain mais encore si proche pendant lequel nos espoirs ont été brisés. Des larmes de désespoir et de tristesse cette fois avaient coulé ce 22 août. Moi inconsolable ma tête posée sur ton épaule si solide et apaisante. Toi qui voulais garder espoir et croire que très bientôt notre rêve finirait par se réaliser. Comme je m’en voulais de gâcher ton jour qui aurait dû être fête. Je te demandais de me pardonner, alors que « ce genre de choses » on y peut rien. « C’est la loi de la nature vous savez ». C’est mieux ainsi, c’est que quelque chose n’allait pas ». « C’est très commun à ce stade ».

Quel triste anniversaire ce jour là, pour toi mon amour, par ma « faute ».

Et puis nous avions entamé le long et difficile chemin de la reconstruction ensemble. Quelques semaines après l’espoir avait réapparu, jusqu’à ce miracle une première fois, puis une deuxième puis en ce 22 août 2017 une troisième fois.

Et le sentiment d’avoir enfin fait la paix avec cette blessure si douloureuse en ce 22 août 2017. »

notre étoile 2 retouchéJoyeux anniversaire mon amour, toi toujours présent dans les moments heureux comme malheureux, mon roc, mon soutien, toujours tellement calme et rassurant.

Joyeux anniversaire mon bébé d’amour, né en cette belle journée d’août 2017. Longue et heureuse vie à toi. Tu devras partager ton anniversaire avec papa mais ne t’inquiète pas, il te laissera une part de gâteau au chocolat…

A toi ma petite étoile, qui n’a pas eu la chance de grandir et de naître. Tu ne faisais que 4 mm et « techniquement » tu n’étais « qu’un amas de cellules » mais tu étais déjà mon bébé. Tu es à l’origine de tout et existe dans chacun de tes frères et sœurs. J’avance mais tu restes dans mon cœur.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s