il était il y a 3 mois une petite fée….

3 mois ma petite fée que tu as déboulé dans nos vies.

Tu es déjà si grande. Tu pèses désormais 5,8 kg et mesure 63 cm : une vraie géante à l’échelle des bébés. Ces dernières semaines tu as fait tellement de progrès. Le nouveau né que tu étais il y a encore peu, est désormais loin.

Te raconter que ces 3 derniers mois ont été un long fleuve tranquille serait très éloigné de la réalité.

Trop vite, après seulement 2 jours passés à faire connaissance à la maternité, nous avons dû quitter notre petit cocon et retrouver le monde extérieur. Dès le seuil de la maison franchi, deux petites tornades en manque des bras de leur maman m’ont sauté dessus et ont sonné le glas de notre parenthèse enchantée. Tout de suite il a fallu replonger dans le quotidien trépidant d’une maman de 3 enfants en bas âge :préparer la rentrée de ta sœur en petite section, organiser son anniversaire, faire l’adaptation de ton frère à sa nouvelle crèche, les accompagner à leurs activités, répondre au mieux à leurs besoins et leurs sollicitations incessantes. Bref tout comme avant avec en plus un nouveau né à prendre soin. Souvent tu aimerais appuyer sur le bouton pause mais malheureusement la télécommande a été égarée. Tes douleurs physiques post accouchements ou ta fatigue tu les oublies. Tu serres les dents et tu fais face, pas le choix. Je t’avoue que parfois, lorsque l’impression d’être totalement dépassée était trop forte, je n’ai pu retenir quelques larmes, si possible à l’abri des regards.

Trop souvent j’ai du te poser dans ton transat pour m’occuper de tes aînés encore si petits et loin d’être autonomes. Plus que de raison j’ai du te réveiller, te glisser à la va-vite dans ton porte bébé, quitter précipitamment la maison , marcher au pas de course pour déposer ton frère à la crèche ou récupérer ta sœur à l’école. Arrivée rouge écarlate, le souffle court et encore se prendre se prendre une réflexion parce que tu arrives 3 minutes en retard. Oui petite fée, dans nos sociétés occidentales dites modernes, la compassion est trop souvent en rupture de stock, la bienveillance non disponible en rayon. L’indifférence elle est en promo et certains jours il y a même 50 % de rabais sur les jugements en emporte pièce.

Oui petite fée, la vie n’est pas toujours tendre mais tu sais quoi ta maman en est aussi un peu responsable. Elle rêve d’être chouchoutée mais est souvent incapable de demander de l’aide. Elle veut toujours donner le change. Là encore elle a voulu prouver ( à qui d’ailleurs?) qu’elle pouvait être sur tous les fronts et tout gérer. Le premier mois elle était sur un petit nuage, pleine d’ énergie mais assez vite à ce rythme effréné elle s’est épuisée, mentalement surtout. Elle commence doucement à remonter à la surface et accepter que la réalité n’est pas toujours à la hauteur de ses ambitions. La vie à 5 demande évidemment des ajustements permanents.

Tu es mon 3ème enfant et la maternité n’est pas quelque chose de nouveau pour moi mais tout comme tes aînés tu as transformé ma vie à ta manière. Avant toi, j’avais le sentiment de mettre oubliée depuis des mois au milieu des couches et des biberons et ruminais ma frustration qui finissait toujours par ressortir d’une manière ou d’une autre. Tes ainés en ont été fait les frais… J’avais envie de changement mais étais incapable de dépasser le stade de la réflexion. Déjà quand tu étais une petite cacahuète au creux de moi, tu m’as insufflé ton énergie.  Depuis que tu es là, tu me donnes des ailes, tu m’inspires, grâce à toi j’ose enfin. Créer, livrer mes textes et mes dessins sur un blog au jugement extérieur alors que je les juge si imparfaits est une étape énorme pour moi que je ne m’imaginais pas capable de franchir. Je ne sais pas trop où cela va me mener , mais j’ai besoin d’entreprendre et je sais que quelque part j’avance à ma manière. Certains diront que c’est de l’égoïsme de laisser libre cours à mes aspirations alors que tu es si petite mais j’essaie juste de me trouver et espère devenir une maman plus épanouie pour vous trois.

Bien sûr souvent ( tout le temps) je doute de moi et ne me sens pas à la hauteur. Loin d’être la wonder mum des réseaux sociaux qui mène sa carrière et sa vie privée tambour battant, j’ai souvent l’impression que je n’en fais jamais assez et que de toute façon le peu que j’arrive à faire n’est pas reconnu ou aussitôt balayé.

N’ayant malheureusement pas le don d’ubiquité, je culpabilise souvent de ne pas pouvoir te consacrer assez de temps. J’essaie alors de te transmettre tout ma tendresse dans tous les petits gestes du quotidien. Heureusement te voir aussi sereine et calme me rassure. Chez nous le chaos règne, l’organisation est bancale mais finalement c’est ça la vie, la vraie. C’est le lot des petits troisièmes que de vivre dans le bruit et l’agitation causés par les plus grands. A la maison ça crie, ça pleure, ça se chamaille mais ça rit aussi et le plus important l’amour est omniprésent. Tes frères et sœurs te couvrent de câlins et de bisous. Ils jouent les petits pitres rien que pour te faire sourire, tu es d’ailleurs bon public et ne te fais pas priée.   Tes parents ne cessent de t’admirer et s’émerveiller car très loin d’être blasés, ils mesurent encore plus avec toi l’immense cadeau que la vie leur a fait. Tu reçois toute cette dose d’amour et la fait rejaillir sur chacun de nous au centuple. Petite poupée au teint de porcelaine tu es si douce et tu rends notre vie plus belle.

Pendant ces 3 mois je l’avoue j’ai eu parfois des envies de tout plaquer, de te prendre sous le bras et partir loin des contraintes trop lourdes du quotidien mais je retiendrais surtout nos moments si magiques, si précieux: nos échanges de sourire, nos regards qui plongent l’un dans l’autre, tes petits doigts qui se serrent sur le mien, ton petit corps chaud contre mon cœur dans ta poche kangourou, mon nez enfoui dans ton petit cou qui hume ton odeur de petit bébé. Le temps est alors comme suspendu et j’oublie tout.

Alors pour ces 3 mois de bonheur intense je te dis merci ma fée, ma Faustine, ma fille.

dessin 3 mois

 

 

 

10 réflexions sur « il était il y a 3 mois une petite fée…. »

  1. Très bien écrit , tu exprimes à merveille le sentiment d’une maman qui fait de son mieux mais ressent toujours une frustration du fait que tout ne se passe pas comme elle le souhaiterait. Une bonne amie à moi m’a un jour appris une phrase magique qu’elle a elle même apprise de son père : quand tu fais ce que tu peux tu fais ce que tu dois. À méditer 😉

    J'aime

    1. Merci Monia pour ton commentaire. Oui en tant que mère on ressent parfois de la frustration et aussi de la culpabilité, heureusement qu’il y a de jolis moments qui font oublier le reste 🙂 J’aime beaucoup cette phrase, je vais essayer de la garder en tête et d’y penser lors des moments difficiles.

      J'aime

  2. Fabi, quand je prends un (tout petit) peu de temps pour moi, je ne culpabilise pas, mais pas du tout. Au contraire, je nous fais du bien à tous. Parce qu’une femme épanouie est un maman épanouie, et les enfants prennent cette énergie positive et ça les porte. Alors surtout, quand tu prends des moments pour toi, savoure-les, délecte-t’en. Tu reviendras gonflée à bloc et les moments avec tes enfants seront beaucoup plus qualitatifs. Bisous Carole (l’amie pas la sœur)

    J'aime

  3. Bonjour Fabi,
    J’apprécie vraiment votre style. Il faut se faire confiance et avancer. C’est en déplaçant les petits cailloux que l’on déplace la montagne ! Vous apportez une touche unique à vos dessins, avec un goût d’ancien, très figé et calme, comme un moment volé. J’apprécie vraiment.
    EM.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s